Thomas Leon, Unidentified Space Station #1 & #2, 2015, 160X120cm, graphite sur papier, ©Galerie Metropolis.jpeg

Thomas Leon – Galerie Métropolis

Thomas Leon

“Unidentified Space Station”

 “Les nouvelles tours illuminaient l’horizon de promesses ravageuses, les fenêtres étaient toutes éclairées de promesses d’amour et d’affection”
Thomas Léon utilise l’architecture comme métaphore philosophique le miroir de la réalité complexe du monde. Son travail d’installations vidéo sonores, s’oriente aujourd’hui conjointement vers un médium nouveau pour lui, le dessin.
Galerie Metropolis
du 5 septembre au 25 octobre 2015
16, rue de Montmorency
75003 Paris

 Plus d’informations :  www.galeriemetropolis.com

Thomas Leon, Unidentified Space Station #1 & #2, 2015, 160X120cm, graphite sur papier, ©Galerie Metropolis

Éric Manigaud, Madge Donohe #4, 2015, mine de plomb et poudre de graphite sur papier, 60 x 80cm + cadre, ©courtesy Éric Manigaud & galerie Sator

Éric Manigaud – Galerie Sator

Éric Manigaud
MADGE DONOHOE, SKOTOGRAPHS

 

“La photographie est l’élément primaire du travail plastique d’Éric Manigaud. Il a noué avec la photographie une sorte de pacte. Elle lui fournit la surface qu’il scrute et reconstruit dans la lumière du dessin. Aussi sidérants qu’en soient les objets (gueules cassées, images de guerre, scènes de meurtre, clichés asilaires…), il les magnifie. (…)” Lire la suite

Extrait du texte “Monstra et astra. Pour un pacte avec les images”, écrit par Daniel Boitier, avril 2015

 

 

Galerie Sator

Passage des Gravilliers, 1o, rue Chapon – 75003 Paris

Du 5 septembre au 10 octobre  2015

 Plus d’informations :  www.galeriesator.com

Éric Manigaud, Madge Donohe #4, 2015, mine de plomb et poudre de graphite sur papier, 60 x 80cm + cadre, ©courtesy Éric Manigaud & galerie Sator

Vincent Bizien, Un Métier moderne, technique mixte sur papier 140 x 100 cm, 2015 ©courtesy Galerie Maïa Muller / Vincent Bizien, Décor Social, fusain sur papier, 150 x 120 cm, 2015 ©courtesy Galerie Maïa Muller

Vincent Bizien – Galerie Maïa Muller

Vincent Bizien

Animal Populaire

 

“À la première approche, les dessins de Vincent Bizien semblent hermétiques au regardeur et au monde. Il faut s’y plonger pour apprivoiser les figures, les messages, les ambiances et les formes. Son univers est empreint d’une mélancolie à la fois rageuse et silencieuse. Un sentiment ambivalent qui traverse son œuvre depuis la fin des années 1990. La feuille de papier, peu importe son format, représente un « espace à conquérir ». Un territoire qu’il s’acharne à peupler et à investir au moyen d’encre de Chine, de pinceaux, de stylos-feutres et de crayons à papier. Les dessins attestent d’une économie de moyen, « du cerveau à la main, il permet une forme d’immédiateté », signe d’une impatience, d’une création convulsive. L’artiste est animé par une frénésie créatrice due à une insatisfaction permanente et au doute persistant. Alors, il dessine, il peint, il déchire, il brûle, il détruit (trop !), il raccommode, il recouvre, il augmente, puis recommence. Un dessin peut résulter de multiples interventions réalisées sur plusieurs années. Parce que la notion d’achèvement est terrifiante, il mute ou disparaît. L’encre est jetée sur le papier, au fur et à mesure, Vincent Bizien trace des formes, des silhouettes, des signes qui vont matérialiser une pensée, un souvenir, un sentiment ou encore un trouble. Son œuvre fonctionne comme un miroir porté vers une humanité désespérée, humiliée, violente. Ses personnages composent son propre être, en ce sens la dimension autobiographique de l’œuvre est importante. Chaque dessin découle de son expérience quotidienne et de son histoire. L’animal populaire est son alter ego. Il contient la peur, la mélancolie, le grotesque, le doute, l’amour, la violence et l’ironie. Il est le filtre à travers lequel il éprouve le monde, son passé, son présent et son futur incertain. L’artiste met à profit une hypersensibilité incontrôlable qui agit sur le papier pour donner forme à des sensations indéfinissables, des visions, des rencontres et des perturbations. La mélancolie et la colère s’entremêlent et constituent un puissant moteur de création. (…) ” Lire la suite

Julie Crenn

Extrait de la préface du catalogue publié à l’occasion de l’exposition personnelle de Vincent Bizien ” Animal populaire ” avec le soutien du CNAP

 

 

Galerie Maïa Muller

19, rue Chapon – 75003 Paris

Du 5 septembre au 15 octobre  2015

 Plus d’informations :  www.galeriemaiamuller.com

Vincent Bizien, Un Métier moderne, technique mixte sur papier 140 x 100 cm, 2015 ©courtesy Galerie Maïa Muller

Vincent Bizien, Décor Social, fusain sur papier, 150 x 120 cm, 2015 ©courtesy Galerie Maïa Muller

John Urho Kemp, Sans Titre, s.d. crayon sur papier, 27,90x21,70cm ©christian berst art brut

John Urho Kemp – galerie christian berst art brut

John Urho Kemp

Un Triangle des Bermudes

 

30 ans durant, l’Américain John Urho Kemp a médité sur les mystères de l’univers et transcrit ses spéculations cosmiques, mystiques, et philosophiques sur des milliers de support. Montrées pour la première fois en galerie, les diagrammes, pamphlets et autres formules mathématiques de Kemp seront présentés à la galerie christian berst art brut, sous le commissariat de Gaël Charbau.

galerie christian berst art brut

3-5, passage des Gravilliers – 75003 Paris

Du 30 mai au 18 juillet  2015

 Plus d’informations :  www.christianberst.com

John Urho Kemp, Sans Titre, s.d. crayon sur papier, 27,90 x 21,70 cm ©christian berst art brut

Thomas Léon ©Galerie Metropolis

Thomas Leon – Galerie Métropolis & ENSBA Lyon

Thomas Leon

“Fantôme et oeil mécanique”

Solo Show

ENSBA Lyon / Résonance Biennale de Lyon

 

 

9 au 31 octobre 2015

ENSBA Lyon , Réfectoire des Nonnes

8 bis, quai Saint-Vincent

69001 Lyon

 + Solo Show à la Galerie Métropolis
du 5 septembre au 25 octobre 2015
16, rue de Montmorency
75003 Paris

 Plus d’informations :  www.galeriemetropolis.com

Thomas Léon ©Galerie Metropolis

Johann Rivat, Survivalism, huile sur toile 195 x 260 cm ©Galerie Metropolis

Johann Rivat – IAC / FRAC Rhône Alpes

Johann Rivat

Rendez-Vous 15

Jeune création internationale – Biennale d’Art Contemporain de Lyon 

 

 

10 septembre au 8 novembre 2015

Institut d’Art Contemporain / FRAC Rhone Alpes

11, rue Docteur Dolard

69100 Villeurbanne

 Plus d’informations :  www.galeriemetropolis.com

IAC – Institut d’Art Contemporain /FRAC Rhone Alpes

Johann Rivat ©Galerie Metropolis

David Hockney The Arrival of Spring in Woldgate, East Yorkshire in 2011 (twenty eleven) - 2 January, 2011 iPad drawing printed on four sheets of paper (118 x 89 cm each) mounted on four sheets of dibond Ed. of 10 236 x 178 cm

David Hockney – Galerie Lelong

David Hockney

The Arrival of Spring

 

 

« J’avais coutume de penser que l’ordinateur était trop lent pour un dessinateur. Vous terminiez une ligne et l’ordinateur avait 15 secondes de retard, ce qui est une absurdité pour un dessinateur. Mais le matériel s’est amélioré et permet désormais de dessiner en couleurs, très librement et très rapidement. Toute innovation mise à disposition des artistes comporte des avantages et des inconvénients, mais la vitesse et les couleurs aujourd’hui disponibles constituent une nouveauté; travailler à l’huile ou à l’aquarelle cela prend du temps.» David Hockney.

Galerie Lelong

13, rue de Téhéran – 75008 Paris

Du 21 mai au 24 juillet  2015

 Plus d’informations :  www.galerie-lelong.com

David Hockney – The Arrival of Spring in Woldgate, East Yorkshire in 2011 (twenty eleven) – 2 January, 2011 iPad drawing printed on four sheets of paper (118 x 89 cm each) mounted on four sheets of dibond Ed. of 10 236 x 178 cm 

Vue de l'exposition Ink Kingdom / courtesy Truc-Anh & galerie Sator

Truc-Anh – galerie Sator

Truc-Anh

Ink Kingdom 

 

Pour cette nouvelle exposition à la galerie Sator, Truc-Anh propose un environnement global. Les murs de l’espace repeints à la peinture noire et recouverts d’oeuvres sur papier participent d’un univers obsessionnel et envoutant.

Truc-Anh crée des images mentales qui questionnent le rapport de la réprésentation à l’existence des choses, qu’elles soient fantasmées ou ancrées dans la réalité. Le monde contemporain est saturé d’images générant une passivité du regard. Créer une image est pour l’artiste un moyen d’observer et de comprendre ce phénomène de saturation, un moyen d’éprouver l’image, de stimuler le regard et de le rendre à nouveau actif. L’image, d’objet devient sujet. Le dessin, en particulier, par sa spontanéité et son geste libre revêt une dimension shamanique en révélant des formes cachées et permet à Truc-Anh de se saisir d’une multitude d’images cherchées, sélectionnées et récupérées sur internet, dans les livres ou publications périodiques.

Les oeuvres présentées à la galerie prolongent la sélection montrées pour la première fois au salon Drawing Now à Paris en mars dernier. Produites dans les derniers mois par l’artiste au Vietnam, ces oeuvres se consacrent au portrait, représentations de personnages fictifs ou réels, et composent une narration complexe, troublée, insaisissable. Créatures cauchemardesques, hommes politiques, célébrités ou simples inconnus, images d’effroi ou figures de guerre, de chaque oeuvre se dégage une étrangeté à la frontière du rêve, une énigme visuelle que l’oeil cherche à déchiffrer et à apprivoiser.
Né en 1983 à Paris, après avoir étudié à l’École Boulle, Truc-Anh est diplômé de l’ECAL de Lausanne et de LA CAMBRE de Bruxelles où il a par la suite enseigné. Il vit et travaille entre Paris et Ho Chi Minh Ville (Vietnam). Ses oeuvres font partie de collections privées et publiques parmi lesquelles l’Espace Lausannois d’Art Contemporain ou la Artist Pension Trust à Pékin.

Lire la suite

 

galerie Sator

8, passage des Gravilliers – 75003 Paris

Du 28 mai au 4 juillet  2015

Performance de l’artiste, La Rivière, jeudi 4 juin à 20h00

 Plus d’informations :  www.galeriesator.com

Vidéo

Vue de l’exposition Ink Kingdom / courtesy Truc-Anh & galerie Sator

Benjamin L. Aman, Blind, 2012, 139x112x4cm ©PapelArt

Benjamin L.Aman – PapelArt

Benjamin L. Aman

Ordine prior 

 

PapelArt – galerie

1, rue Charlemagne – 75004 Paris

Vernissage le jeudi 11 juin à 18h30 en présence de l’artiste

Du 12 juin au 30 juillet  2015

Plus d’informations :  www.papel-art.com

Natasja van Kampen, Brussels, 2005-2007, 150 x 175 cm, crayon, pastel sur papier ©Galerie La Ferronnerie

Natasja van Kampen & Richard Müller – Galerie La Ferronnerie

Natasja van Kampen & Richard Müller

Promenades, les allées du pouvoir 

Natasja van Kampen, pour sa première exposition à la galerie la Ferronnerie, après Drawing Now Paris 2015, présentera un des grands dessins de la série des ‘Conférences’ accompagné d’un ensemble d’œuvres où elle évoque le Pouvoir et ses instruments ; travaillant aussi bien sur des pièces monumentales que sur de petits formats, utilisant souvent le papier comme support, elle pose un regard lucide, non dépourvu de cynisme, sur les différents instruments du pouvoir. A côté de ces œuvres, Richard Müller propose un ensemble de dessins évoquant en contrepoint, les moments contemplatifs, le calme avant ou après le tumulte des allées du pouvoir. Il présentera notamment un grand dessin d’une vue depuis son atelier, qui à la manière des vues cavalières, montre le passage, à la bordure sud de Paris, d’un bâtiment aux toitures à la Mansart aux tours élevées du quartier de la Porte d’Italie.

Galerie La Ferronnerie – Brigitte Négrier

40, rue de la Folie-Méricourt – 75011 Paris

Vernissage le jeudi 28 mai de 18h à 21h30

Du 28 mai au 27 juillet  2015

avec le soutien de l’Ambassade de Suisse à Paris et l’Ambassade des Pays-Bas

Plus d’informations :  www.galerielaferronnerie.fr

Natasja van Kampen, Brussels, 2005-2007, 150 x 175 cm, crayon, pastel sur papier 
©Galerie La Ferronnerie