Pola Magnetyczne

Londyńska 13, 03-921 Warsaw, Pologne
+48 605 96 44 70
 galeria@polamagnetyczne.com
www.polamagnetyczne.com

Process

Le cycle des Structures de Teresa Gierzyńska(1947, Pologne), réalisé au début des années 1970, rappelle la densité des mégalopoles d’Amérique du Nord observées lors d’un séjour en 1964. Les dessins au feutre déploient leurs trames diffuses parmi d’autres techniques telles que la lithographie, ou l’impression par contact effectuée à partir des illustrations de magazines féminins importés d’Europe de l’Ouest. Les lignes de suture au feutre noir et de couleur organisent les expériences du passé et laissent apparaître une réflexion nouvelle chez l’artiste, portant sur la représentation des femmes et leur assignation à demeurer dans des structures sociales préétablies.

Durant la même décennie, Wiktor Gutt(1949, Pologne) développe des Conversationsvisuellesà travers lesquelles il mène des recherches, proches de l’anthropologie, sur les formes de communication non verbale. En 1976, il invite Dorotka, âgée de 3 ans, à mener l’une de ces conversations par le biais du dessin sur des portraits photographiques, le sien et celui de sa mère. La même année, le dessin est le moyen qui permet à l’artiste de communiquer sur différents sujets avec des patients d’un hôpital psychiatrique de Varsovie.

A l’aide de quelques procédés photographiques alternatifs (photogramme, chimigramme), Odile Bernard Schröder(1962, France) réalise en 2008, Hôpital,une série de dessins à caractère autobiographique évoquant la maladie de son amante. Après une visite en unité de soins intensifs, les dessins exécutés à l’aveugle dans la pénombre d’une chambre d’hôtel sur des papiers photosensibles témoignent de la lutte engagée entre la lumière et l’obscurité.

 

Anna Jarnuszkiewicz(1935, Pologne) a fait du dessin un mode d’expression privilégié. Dans le cycle des Têtes, elle s’emploie à saisir, grâce aux traits et aux touches vivaces du fusain et du pastel, la fugacité du regard. Les dessins qu’elle effectue depuis 2017 ont pour toile de fond la disparition de son mari (le sculpteur Krystian Jarnuszkiewicz) et le travail du deuil.