CAR Gallery

Secteur Process
Stand PR3

logo

14, Bologna Italy
40100 Bologna
Italy

Présentation de la galerie

CAR GALLERY est une galerie d'art contemporain basée à Bologne. La mission de la galerie est la promotion et la diffusion de l'art contemporain et de ses pratiques les plus actuelles exprimées à travers différents médias. La galerie présente un programme d'expositions principalement axé sur les nouvelles générations d'artistes internationaux et en milieu de carrière, tout en comparant les différentes générations, créant ainsi de nouvelles voies de lecture et d'enrichissement. L'objectif est de fournir un cadre d'expérimentation et de discussion et d'initier les collectionneurs, les conservateurs et le grand public aux différentes formes de pratique artistique. CAR Gallery collabore directement avec les artistes.

Présentation de l'artiste en focus

Julia Haumont (1991, Paris) vit et travaille à Paris. En 2012, elle débute sa carrière de plasticienne en entrant à l'Académie des Beaux-Arts de Paris. Elle y étudie aux côtés de Jean-Michel Alberola et du sculpteur céramiste Claude Dumas. Elle obtient son diplôme avec les félicitations du jury en 2017. Elle étudie également le stylisme à l'Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, de facto, le textile est également très impliqué dans son travail plastique. Utilisant des matériaux divers, principalement issus de l'artisanat : la faïence, le verre et le textile, ces médiums ont tous le point commun d'être chronophages, d'être générés puis façonnés par les mains de l'artiste. La temporalité lente qu'ils induisent contraste avec l'immédiateté de notre époque. Cela entre en résonance avec l'histoire personnelle de Julia et ses questionnements actuels. Une sorte de réminiscence de souvenirs, vécus ou fantasmés. C'est ce qui vient à l'esprit au premier abord lorsqu'on est confronté au travail de Julia ; on est immédiatement impliqué dans son univers plein de paradoxe où chaque détail de ses installations hybrides fait preuve de force et de délicatesse, où le figuratif et le non-figuratif se répondent, le tout sous le regard de ses jeunes filles sculptées à l'échelle 1.

L'ambiguïté véhiculée par les figures apparemment innocentes et les postures lascives des filles sculptées en faïence et l'ambiance très "enfantine" des compositions textiles abstraites est le moyen d'entrer dans sa réalité. En vous approchant des compositions textiles, vous pourrez observer le filet méticuleux où perles et lambeaux, paillettes et fils qui ne demandent qu'à être tirés, tissent toute une intimité qui saisit instantanément les émotions universelles du passé que chacun d'entre nous porte en lui et interroge l'avenir, la féminité et les regards, dans cette légende très particulière que les installations de Julia mettent en scène.

« Pendant mes premières années aux Beaux-Arts (BA à Paris), j'ai commencé à peindre de manière obsessionnelle les photographies des archives de ma famille, puis à les graver. Avant d'entrer à l'école des beaux-arts, j'étudiais le stylisme de mode. Quand j'étais jeune, mon grand-père avait un magasin d'import-export de textiles et j'y passais beaucoup de temps, entourée de toutes sortes de textiles et de rubans. J’ai éprouvé  le besoin de retravailler un matériau auquel je suis attaché et avec lequel je me sens plus libre que sur le papier, qui me permet plus d’expérimentations: je teins les tissus, les découds, les brode, les effiloche, etc. J’utilise principalement de la toile à beurre ; ce tissu me fait penser à la texture du «doudou» et aux petites robes d’enfants en coton naturel.

D’autres textiles sont parfois intégrés, comme du tulle ou des tissus synthétiques et brillants, pouvant rappeler ceux utilisés pour les costumes d’enfants.

Les dessins de mes gravures peuvent parfois se rapprocher de l’univers du conte, mais sans élément contextuel apparent, rendant ainsi la narration plus libre et complexe. Sur ces dessins, j’ajoute des accidents: tâches, déchirures, qui participent d’une certaine ambiguïté oscillant entre la violence et la douceur.

Les compositions en textile que je réalise sont le prolongement de ces recherches : Je cherche a recréer les mêmes affects en épurant mon langage et en recourant seulement à la matière, aux lignes et aux couleurs. Dans mes compositions abstraites en textiles, ceux-ci sont teints, assemblés, déchirés, recousus, en utilisant toujours des archétypes de l’enfance: couleurs, paillettes, perles et broderies

La fragilité du support rappelle également la fragilité de cet âge.

 

C'est aussi une recherche picturale, que je conçois comme un jeu. Comme si je me reprojetais dans une configuration enfantine, je joue avec les couleurs et les éléments pour composer sur le mur des lignes harmonieuses qui prennent la place du papier sans limite d'espace et de forme. Les papiers découpés de Matisse m'ont beaucoup inspiré et ont ouvert une nouvelle voie dans mon travail. »